Pompe à eau électrique pour puits

Sommaire

Les pompes immergées au fond du puits, conçues pour des puits très profonds (supérieurs à 7 m) sont, du fait de la profondeur, peu audibles.

Elles permettent d’alimenter en eau le jardin et/ou la maison et peuvent rendre autonome en eau un site isolé ou offrir un complément appréciable. Comment choisir sa pompe à eau et quel entretien lui accorder ? Toutes les réponses dans notre astuce.

Pompes immergées pour puits forés ou puits busés

De forme tubulaire, ces pompes se descendent au fond du puits par un anneau ou une poignée de suspension. La pompe est fixée à l’aide de câbles et de serres câbles :

  • L'aspiration de l'eau s’effectue au niveau bas de la pompe et l’eau refroidit le moteur.
  • Ces pompes multicellulaires sont équipées de plusieurs turbines centrifuges qui permettent une plus grande montée en pression.

Pour puits forés, les pompes immergées sont d’un plus petit diamètre afin de les glisser dans un forage étroit :

  • Elles s’immergent à de grandes profondeurs et sont capables de remonter l’eau sur une haute colonne.
  • Elles ne disposent pas de flotteur (l’étroitesse du puits ne laisse pas de place au flotteur) mais d’une protection thermique.

En revanche, le diamètre de la pompe immergée pour puits busés est plus important que celui de la pompe pour puits forés. Ces pompes, sensibles au sable, doivent être protégées par des crépines anti-sable.

Pompe à eau électrique : critères de choix

Le choix du type de pompe immergée s’effectue en fonction du type de puits (busé ou foré), de l’utilisation (alimentation de la maison avec arrosage, complément, etc.) et du débit souhaité aux robinets en m³/h.

Il dépend également de la Hauteur manométrique totale (HMT) : hauteur entre la pompe et le point d’arrivée d’eau le plus haut de l’installation. Cette pression nécessaire pour amener l'eau du point le plus bas vers le point le plus haut se mesure en mètre colonne d’eau et tient compte :

  • du dénivelé de l’installation de pompage ;
  • de la pression utile : la demande en pression augmente avec le nombre de points de puisage (robinets, arrosage, WC, douche, machine à laver…) ;
  • des pertes de charge : elles sont dues aux frottements de l'eau dans le tuyau de pompage, causés par des obstacles (coudes, vannes, etc.) présents sur la conduite et elles devront être retranchées à la pression maximale atteinte par la pompe ou s’additionner à la pression requise afin de calculer la pression nécessaire.

Afin de déterminer le besoin de pression en sortie du ballon vessie (le plus souvent de 3 bars), différents paramètres sont à prendre en compte. Notamment ceux qui interviennent sur les pertes de charges dues :

  • À la hauteur de levage (profondeur du puits). En général, il faut compter un bar de pression pour 10 m (ainsi pour une profondeur de 30 m, 3 bars sont nécessaires. Pour calculer ce paramètre, on peut diviser la distance par 10).
  • Au déplacement horizontal de l'eau (distance parcourue par le tuyau à l’horizontale). Il est admis que cette longueur divisée par 100 donne la pression nécessaire à l’acheminement de l’eau sur une distance (par exemple, 1 bar pour 100 m).
  • Aux clapets anti-retour : en effet, ces clapets génèrent une perte de charge de 0,5 bars par clapet installé sur le circuit (en général, un tous les 10-15 m, plus un avant le ballon). Pour calculer ce paramètre, le nombre de clapets anti-retour est multiplié par 0,5.
  • Au système de filtration. Les caractéristiques du groupe de filtration donnent ce paramètre qui génère une perte d’environ 0,6 bars.
  • À la mise sous pression nécessaire au gonflage d'un ballon vessie.
  • À la marge de gonflage de la pompe (généralement 1 bar). Cette marge évite à la pompe de trop peiner lorsqu'elle gonfle le ballon.

La pression nécessaire au fonctionnement de l’installation sera donc déterminée en additionnant toutes les pertes de charge à la pression souhaitée en sortie du robinet. Ce calcul permet de déterminer la capacité de la pompe.

Quel entretien pour sa pompe immergée ?

La vérification de la crépine ainsi que du ou des clapets anti-retour (en général un de 2 à 5 m au-dessus de la pompe et pour les colonnes supérieures à 30 m, un tous les 25 m à partir du premier clapet) doit être effectuée tous les ans.

Respectez certaines précautions électriques : tout câblage, toute connexion électrique et toute mise en terre du système doivent être conformes aux normes.

Pour aller plus loin :

Aussi dans la rubrique :

Utilisation

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider